Bruno Monguzzi

« Il y a plutôt une éthique du designer. Nos croyances personnelles définissent nos valeurs. Et ces valeurs définissent le comportement. Dans chaque cas nous sommes confrontés à trois responsabilités, la première envers le commanditaire, la seconde envers l’usager, la troisième envers l’environnement . Oui, le graphiste interprète, traduit le message ou l’idée d’un autre. Et cet effacement devant le commanditaire trouve sa limite dans son éthique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *